Max Ernst (1891-1976) / son fils, ses compagnes § Expatriés

Max Ernst (1891-1976)

Peintre et sculpteur des mouvements Dada et surréaliste. Expérimentateur du rêve et de l’inconscient. Né à Brühl en Allemagne, il obtient la nationalité française en 1958.

ln2012_282_123_beyeler_2011_940

L’ange du foyer (Le triomphe du surréalisme) (Détail), 1937, Collection privée © 2013, ProLitteris, Zurich

Repères biographiques:

  -1913: il rejoint Montparnasse et rencontre, entre autres, Apollinaire et Delaunay. -1914:  mobilisé en Allemagne. -1918: mariage avec Luise Straub,  une amie d’enfance. 1919: rencontre Klee,  fonde avec Arp, le groupe Dada de Cologne.    -1921 : rencontre Paul et Gala Eluard. -1922: Paris, expérimente les frottages.- 1923: cycle de peintures murales dans la maison des Eluard.- 1927. épouse Marie-Berthe Aurenche.- 1929: romans-collages .- 1930: participe à « L’âge d’or » avec Bunuel et Dali, Loplop, collabore avec Miro.- 1934: rencontre Giacometti et sculpte. -1937: rencontre Leonora Carrington. Vivent à Saint-Martin d’Ardèche. Visites de Nusch et Paul Eluard et de Lee Miller.- 1939: interné comme « étranger ennemi », rencontre Bellmer  . -1940: USA avec Peggy Guggenheim qu’il épouse en 1942. -1943: rencontre Dorothea Tanning. Vit à New York ( Duchamp, Chagall), l’expressionisme abstrait. -1946: épouse Dorothea Tanning. -1950: voyage en Europe. -1953 : Paris. 1963: sud de la France.-1976: décès à Paris.

Luise Straub et Jimmy : Historienne de l’art et journaliste. Hans-Uldrich, dit Jimmy, naît en 1920. Ses parents divorcent en 1922. L’enfant est élevé par sa mère et passe des vacances avec son père en France, au milieu des artistes surréalistes. En 1933, Luise part pour Paris  et laisse son fils aux parents de Max. En 1938, il est envoyé à New York. Luise, juive et intellectuelle, est doublement menacée. Elle sera arrêtée à Drancy et meurt déportée à Auschwitz en 1944.

Jim&Lou

Lou and Jimmy, 1928; photo by AugustSander, part of the great photographer’slife project, a photo portrait of Germany

Dès 1940, Jimmy est membre de l’avant-garde artistique new yorkaise et des artistes européens exilés. En 1942, la galerie de Peggy Guggenheim Art of this Century ouvre avec Jimmy comme directeur. L’année suivante voit sa première exposition personnelle. Il rejoint les 18 irascibles en 1950 ( protestation contre les anti-abstractionniste au MOMA). Ses mémoires sont publiées en 1984, année de sa mort.

irascibles

The » irascibles« , New York, 1951.
Top row, left to right: William de Kooning, Adolf Gottlieb, Ad Reinhart, Hedda Sterne. Middle row: Richard Pousette-Dart, William Baziotes, Jackson Pollock, Clifford Still, Robert Motherwell, Bradley WalkerTomlin. Seated: Theodoros Stamos, Jimmy Ernst, Barnett Newman, James Brooks, Mark Rothko.

max_ernst&jimmy_ernst_by_ben_martin

Photograph for Time magazine of Max and Jimmy Ernst in front of Jimmy’s painting at an exhibition at Grace Borgenicht Gallery, New York, 1961. Photo: Ben Martin/Time magazine.

mJEBA-1984AASes mémoires sont publiées en 1984, année de sa mort.

Gala Eluard (1894-1982): Gala (russe de naissance) fait la connaissance de  Eugène Grindel (Paul Eluard) au sanatorium de Clavadel en Suisse. Ils se marient en 1917 et ont une fille, Cécile. Elle a une relation avec Max Ernst entre 1922 et 1924, connue d’Eluard, libre-penseur. Ils vivent cette relation triangulaire dans leur maison d’Eaubonne qu’Ernst décorera de ses peintures murales.

L’analyse d’un poème d’Eluard au sujet de cette relation :

http://eluardexplique.free.fr/capitale/maxernst.html

03grant.xl  Max, Gala, Paul.

Musée D’art et D’histoire, Saint Denis.

 

« Au rendez-vous des amis » Max Ernst, 1922, musée de Cologne

 Max+Ernst+(Papillon)+Paul+Eluard

Max Ernst, 1923. Painted doors from Paul Éluard’s house in Eaubonne

Marie-Berthe Aurenche (1906-1960): soeur du cinéaste Jean Aurenche, épousée en 1927, leur relation durera neuf ans. Elle sera la dernière compagne de Chaïm Soutine de 1940 à 1943.

Recadrage, profil, dŽtourage Photomaton pour encadrer le tableau de Magritte Je ne vois pas la femme cachée dans la forêt

tumblr_l636dbC0Vx1qbtve1o1_500Marie-Berthe Aurenche, Max Ernst, Lee Miller and Man Ray, 1931 -by Man Ray

Leonora Carrington (1917-2011) : peintre, sculptrice, écrivaine. Elle rencontre Ernst, de vingt-six ans son aîné, à Londres en 1937.

leonora_carrington_max-ernst

the-inn-of-the-dawn-horse-self-portrait-1937

Leonora Carrington’s “The Inn of the Dawn Horse (Self-Portrait)” of 1937

Ils s’installent à Saint-Martin d’Ardèche. Elle y achète une ancienne ferme en 1938 que Max va décorer de ses oeuvres. Leonora écrit et dessine. Ils y exploiteront leurs animaux fétiches : le cheval pour Leonora et Loplop, l’oiseau supérieur de Max.

art

Max Ernst est interné en tant que ressortissant allemand potentiellement dangereux un an, jusqu’en 1940, dans un camp près d’Aix-en-Provence. Leonora s’enfuit en Espagne, leur relation n’y survivra pas. Son équilibre psychique est durement éprouvé et elle est internée dans un asile psychiatrique. Elle continuera sa vie et son oeuvre au Mexique.

Peggy Guggenheim (1898-1979) : Mécène et galeriste reconnue, elle aide Max Ernst à quitter la France après son incarcération et l’accueille à New York. Il l’épouse en 1942. Leur union ne dure qu’un an.peggy2Peggy Guggenheim, 1942, (A/P World Wide Photos)

01_landshoff_max-ernst_herbst-1942-web

Photo : Hermann Landshoff Max Ernst at Peggy Guggenheim’s home, New York, fall 19421942

Dorothea Tanning (1910-2012): peintre surréaliste, sculptrice, décoratrice, écrivaine américaine. Elle rencontre Max Ernst en 1943 (il prospectait pour Peggy!) et l’épouse trois ans plus tard. Ils vivent d’abord en Arizona, puis s’installent  à Paris en 1953 et dans le Var par la suite. Dorothea Tanning montre dans ses oeuvres une image érotique de la femme qu’elle considère comme un individu à part entière et non la simple projection du désir de l’homme. A la mort de Max, Dorothea retourne à New York et s’éteint à l’âge de 101 ans.

2198917291_0a7fa3ec2e_oPhoto Lee Miller : Max et Dorothea

dorothea-tanning-birthday-1942

Dorothea Tanning, « Birthday », 1942,Oil on canvas (40 1/4 x 25 1/2 in.) Philadelphia Museum of Art

max-ernst-dorothea-tanning2

max+ernst+and+dorothea+tanning

Max Ernst, plusieurs fois expatrié, a vécu les aléas de ce statut. Et aujourd’hui, comment cela se passe-t-il? Un blog pour se renseigner :

http://www.expat-blog.com

large

ernst_1941a

Avec Peggy Guggenheim en 1941 lors de l’arrivée de Max Ernst à New York.

EXPOSITION à la Fondation Beyeler de Bâle jusqu’au 8 septembre 2013.

http://www.fondationbeyeler.ch/fr/expositions/max-ernst/introduction

Fondation_Beyeler_01

Publicités

3 réponses à “Max Ernst (1891-1976) / son fils, ses compagnes § Expatriés

  1. Pingback: Germaine Richier (1902-1959) / Andres Serrano (1950) § Image du divin | CultURIEUSE·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s