La Factory d’Andy Warhol (1928-1987) § télé-réalité / Julien Doré (1982)

La Factory d'Andy Wharol (1928-1987)

Le mythique canapé de la Factory (la fabrique) ouverte par Warhol en 1964 à New York.

D’origine ruthène (Ukraine), la famille d’Ondrej Varhola (américanisé en Andy Warhol) émigre aux Etats-Unis en 1914. Quatrième fils de la famille, son enfance est marquée par les privations dues à la Grande Dépression et par une maladie (chorée de Sydenham) le forçant à rester souvent alité. ll dessine,écoute la radio et découpe les photos des magazines. Après des études à Pittsburg, il s’installe à New York à l’âge de 21 ans où il travaille dans le dessin publicitaire. Comme Jean Tinguely, il décore des vitrines. Sa première exposition a lieu en 1952 dans une galerie de New York.

L’époque de l’expressionisme abstrait touche à sa fin, le quotidien s’exprime par la bande dessinée, la publicité ou la télévision. Par réaction naît le Pop Art.

En 1962,  Andy Warhol participe à l’exposition des Nouveaux réalistes et du Pop Art à NYC.

pop-art-marylinLe Pop Art, mouvement artistique né en Grande Bretagne dans les années cinquante et quasi simultanément aux USA, s’empare des symboles de la consommation et désacralise l’oeuvre d’art, notamment en reproduisant son image en sérigraphie.

« Le Pop Art […] consiste à seulement prendre ce qui est dehors et le mettre dedans, ou à prendre ce qui est dedans et le mettre dehors, à introduire des objets ordinaires chez les gens. Le Pop Art est pour tout le monde. »A.W.

CRI_159222Campbell’s Soup Cans, 1962© 2013 Andy Warhol Foundation

SIDE_2648388_1_apx_470_

Ethel Scull, 36 times. 1963. 202,6 cm X 363,2 cm. Acrylique, peinture métallisée et encre sérigraphique sur toiles.

En 1964, dans un loft de la 47e rue, Warhol ouvre sa Factory, son atelier d’artiste. Il montre déjà une démarche différenciée en choisissant une usine désaffectée dont il fait un lieu ouvert à quiconque veut pénétrer dans son univers, sans rang social, artistes ou quidams. La Factory, son utilisation par Warhol, devient une sorte d’oeuvre d’art totale et sociale où l’on travaille, joue et expérimente à tout va.

factory

Il y crée les sérigraphies très chères qui l’ont rendu célèbre, filme ses invités (screen test), produit des happenings multimédia dénommés Plastique qui éclate inévitablement (The Exploding Plastic Inevitable), qui étaient un mélange d’interventions, films, danse et musique. S’y produit  le Velvet Underground (Lou Reed, John Cale, Sterling Morrison, Maureen Tucker, Doug Yule Nico):

Il proclame que la personne anonyme qui entre à la Factory en ressort superstar. Son action s’ouvre donc sur la production d’une image sociale où l’art devient le mode de vie et la célébrité un but. Il se charge du discours théorique.

edie-sedgwick-boater_largeEdie Sedgwick, l’une des superstars de Warhol. Actrice et mannequin, alter ego de Andy pendant un temps, elle a tourné dans plusieurs de ses films. Une artiste sans oeuvre, qui n’était star que de sa propre vie, rejouant  son propre rôle d’égérie excentrique et glamour. La première « people » du XXe siècle, morte à 28 ans.

trashjoe1

Joe Dalessandro, découvert par Warhol à l’âge de 18 ans (1966), est le seul à avoir fait carrière dans le cinéma.

D’autres superstars de la Factory sur ce lien :

http://theredlist.fr/wiki-2-24-883-view-tribes-profile-warhol.html

« J’ai commencé comme artiste commercial et je veux terminer comme artiste d’affaires. » – See more at: http://www.biographie-peintre-analyse.com/2012/09/26/andy-warhol-marilyn-1964-analyse-d-oeuvre/#sthash.L3IAq8Yi.dpuf

La Factory déménage en 1968 à Union Square West et c’est là que Warhol est grièvement blessé par l’arme à feu de Valérie Solanas. Elle lui avait remis son manuscrit Up your ass qu’il avait perdu. Warhol s’en sort, mais devra porter un corset. Le manuscrit sera retrouvé et la pièce jouée en 2000. Elle reniera plus tard son Scum Manifesto (1967), féroce pamphlet contre le mâle et la domination masculine.

Richard Avedon, « Andy Warhol, artist », New York City 1969 Collection of the National Gallery of Australia

« J’ai commencé comme artiste commercial et je veux terminer comme artiste d’affaires. » – See more at: http://www.biographie-peintre-analyse.com/2012/09/26/andy-warhol-marilyn-1964-analyse-d-oeuvre/#sthash.L3IAq8Yi.dpuf
« J’ai commencé comme artiste commercial et je veux terminer comme artiste d’affaires. » – See more at: http://www.biographie-peintre-analyse.com/2012/09/26/andy-warhol-marilyn-1964-analyse-d-oeuvre/#sthash.L3IAq8Yi.dpuf

« L’achat est un acte plus américain que la pensée, et je suis américain jusqu’au bout des ongles. ». A.W.

jean-michel-basquiat-84

Andy Warhol, « Portrait de Basquiat », 1984.

km_kmac193_1300976609

Lenine, Sérigraphie et acrylique sur toile, 1986

Lenine, Sérigraphie et acrylique sur toile, 1986

Andy Warhol a exploré les mille et une facettes de la société de consommation en utilisant les recettes de l’industrie commerciale. Par la peinture, la photographie, la vidéo, le cinéma, la sérigraphie, il a été reconnu comme un « miroir de notre époque ». Il disait qu’il voulait être une machine, qu’il voulait être plastique.  Son visage est mondialement connu. De quel autre artiste peut-on dire cela?

warhol070212_560(Photo: Robert Mapplethorpe/Andy Warhol, 1986 © the Robert Mapplethorpe Foundation/Art and Commerce)

warhol_shadows_2

Andy Warhol, Shadows (1978-79) EXPOSITION au Musée d’Art Moderne de Paris jusqu’au 7 février 2016

  » Dans le futur, chacun aura droit à 15 minutes de célébrité mondiale. « A.W.

(Fame : renommée, gloire, célébrité)

La télé-réalité d’aujourd’hui semble faire suite à ce qui se passait à la Factory de Warhol. Depuis Loft Story en 2001, les émissions se suivent avec de légères modifications pour fidéliser et appâter le public. Pourquoi un tel succès pour ce genre de programme?  Les téléspectateurs voudraient-ils se rassurer, se moquer, se comparer aux candidats, pas si différents d’eux-même finalement? Et ceux-ci ne cherchent-ils que leur « quart d’heure » de célébrité? Exhibition, narcissisme, voyeurisme, amour factice, images artificielles de l’existence. Au final, la télé-réalité occulte la dimension de patience. Cette quête de soi, si longue dans la réalité, est présentée de façon raccourcie. Plus sur ce lien:

http://www.psychologies.com/Culture/Medias/Articles-et-Dossiers/Tele-realite-miroir-mon-beau-miroir

122.1215845067

Dessin Martin Vidberg

photo_1364211966

Issu d’une forme de télé-réalité, ou plutôt télé-crochet (Pour mémoire, le petit conservatoire de Mireille naît dans les années soixante), Julien Doré est un auteur-compositeur-interprète atypique. Après un bac littéraire, il fréquente l’école des Beaux-Arts de Nîmes. Lauréat de l’émission Nouvelle Star en 2007, il démontre une réelle démarche artistique, ainsi qu’une personnalité originale dont l’authenticité et l’ironie décalée émerge de la foule des prétendants à la notoriété.

 Que ce soit les titres musicaux d’ambiance pop assumée, les paroles quelquefois d’un lyrisme exotique dans le paysage audiovisuel, les clips vidéos qui nous invitent à une découverte au second (ou xième) degré de la chanson, Julien Doré fait preuve d’une sensibilité artistique et d’une créativité hors du commun.

Sur mon étagère chanson française, je le mets entre mes vieux Thiéfaine et Stefan Eicher.

Advertisements

12 réponses à “La Factory d’Andy Warhol (1928-1987) § télé-réalité / Julien Doré (1982)

  1. Excellent !
    J’avoue n’avoir été que rarement intéressé par Warhol, en tant que personne et artiste. En tant que fan de rock (pardon, ça existe…), je le connaissais pour le Velvet, bien sûr. Et pour Marilyn aussi…
    Mais, ton topo est top. Et l’ouverture de fin en forme d’étagère française est intéressante.
    Mais, concernant J. Doré, j’avoue n’avoir été que rarement intéressé…

      • J’avais écrit que, oui, Warhol pouvait être vu comme artificiel et intéressé, mais qu’il a ouvert la voie à de nouvelles formes d’art et de communication artistique, et donc pour cela je le trouve passionnant. Que, étonnamment, J.D. m’ a intéressée dès le début par l’originalité de sa démarche personnelle (pourtant j’aime plutôt le rock et le jazz). Lis ses textes, tu seras surpris. Et aussi te remercier pour ton commentaire, bien sûr!

  2. Joli topo sur Warhol ! Je ne m’y connais pas vraiment en Pop art, mais en ce moment les occasions ne manquent pas à Paris de découvrir ce mouvement artistique, alors merci d’apporter ta pierre 😉 !

    • Ah oui, Liechtenstein. En fait ce n’est pas mon mouvement préféré, mais l’histoire de l’art permet de mieux comprendre ce qu’on voit et ce qui en découle. Merci pour le commentaire!

  3. Très bel article, notamment concernant Andy Warhol. Je partage ton point de vue sur l’artiste, malgré son côté avide d’argent et superficiel il est précurseur pour de nombreuses visions artistiques. Les techniques utilisées dans ses œuvres sont très diverses (sérigraphie, vidéo, photographie, etc.), difficile de s’en lasser !
    Très intéressant le lien qui peut être fait entre « Fifteen Seconds of Fame » et la télé-réalité. En bref, merci pour ce bel article !

  4. Pingback: Ai Weiwei (1957) § Analyse transactionnelle | CultURIEUSE·

  5. Pingback: William Eggleston (1939) § Photos et mémoire | CultURIEUSE·

  6. Pingback: Jean-Michel Basquiat (1960-1988) / Delphine Sandoz (1968) § Anatomie | CultURIEUSE·

  7. Pingback: Georges Mathieu (1921-2012) § Art et publicité | CultURIEUSE·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s