Ernesto Neto (1964) § Sensorialité

ernesto_neto_portrait-bErnesto Neto est un artiste plasticien brésilien (Rio de Janeiro). Il participe à des expositions internationales  depuis 1995. Ses installations sont composées de matière plastique (polystyrène) souple, flexible et translucide qui forme une sorte de peau. Des formes organiques que le visiteur peut toucher. L’artiste les étire ou les remplit pour leur donner la forme qu’il souhaite. Il se définit lui-même comme sculpteur.

« L’énergie qui anime mon travail est la pesanteur. L’objet, la forme, le contour se trouvent définis quand le matériau est étiré dans l’espace et montre la légèreté de la masse »EN

301112868_17df8adeae

Ernesto Neto, « Leviathan Thot », Pantheon, Paris, 2006 (© suncana / Flickr)

L’oeuvre « Leviathan Thot », conçue pour le Pantheon, joue de la tension des matières en contraste avec l’architecture du lieu.  Un corps animal suspendu en équilibre et supportant le poids de l’Histoire et de la culture. Pour les relier, Thot, le scribe des dieux de l’Egypte ancienne, l’inventeur de l’écriture,

Neto-Enesto-01

Ernesto Neto, « We stopped just here at the time », 2002,( Lycra, clous de girofle, curcuma, poivre)© Ernesto Neto

Il remplit quelquefois ses formes étirées d’épices, ce qui donne une dimension sensorielle de plus à l’installation. L’oeuvre d’Ernesto Neto sollicite physiquement le visiteur. Il en appelle à sa sensualité, sa corporalité, son esprit, toutes choses communes à l’humanité.

« Ce que nous avons en commun est plus important que ce qui nous rend différents. » EN

2.-fun

Ernesto Neto,  » Madness is Part of Life », 2012. Photo par Inhale Mag

878

Ernesto Neto, « Celula Nave », 2004. Photo par The Art Gardner

En 2004, Ernesto Neto crée Otheranimal, un décor de formes biomorphiques pour la chorégraphie de Merce Cunningham Views on Stage.

Le musée de Bilbao propose une page très complète sur l’exposition de Ernesto Neto « Le corps qui me porte » avec des oeuvres différentes telles que « Troc troc » ou « Je vends des bonbons », inspiré de la culture populaire brésilienne: http://ernestoneto.guggenheim-bilbao.es/fr/

Ernesto Neto engage les visiteurs à renouer avec leur sensorialité, il les invite à un véritable voyage sensoriel.

Le système sensoriel est une partie du système nerveux responsable de la sensation. Il regroupe les récepteurs sensoriels, les voies nerveuses et les parties du cerveau qui traitent l’information sensorielle.

001424636

Gisèle Harrus-Révidi, psychanaliste, auteur de « Psychanalyse des sens »,  affirme que l’éveil sensoriel est à la fois inné et transmis par le milieu familial et culturel. Les sens aiguisés par diverses stimulations produiront un vocabulaire qui lui-même enrichira l’action de la pensée. La bouche, par exemple, serait le carrefour anatomique, physiologique et psychique où se rencontrent les mets et les mots, le sensoriel et le langage. Avec l’odorat, nous touchons au plus archaïque des sens, le plus proche de notre animalité. Un sens que l’Homme aurait « refoulé » pour n’en utiliser qu’une petite partie et se différencier de l’animal.

Le monde est donc d’abord ressenti avant d’être pensé. Plus notre environnement sensoriel s’enrichit, plus nos sens se développent.  » (…)pour renouer avec la sensorialité, je ne peux que conseiller la fréquentation de lieux à forte densité sensorielle qui mettent le corps en éveil : les marchés, les promenades en forêt, les escapades à la mer et, tout simplement, les musées. »L’article en entier : clicker ici

The_Edges_of_the_World_Southbank_cntre_photo

Ernesto Neto, Exposition « The Edges of the world », 2010 à la Hayward Gallery de Londres

Et pour enrichir l’exploration sensorielle de nos jeunes enfants, un site débordant de ressources à exploiter: clicker ici

Publicités

9 réponses à “Ernesto Neto (1964) § Sensorialité

  1. j’adore ! je ne connaissais pas du tout cet artiste ! ( je suis un peu loin de tout ici, c’est pour ça que ton blog me réjouis, j’en sors moins ignorante ! )ça m’évoque plein de choses ces grandes larmes blanches…
    L’éveil des sens …des perceptions sont tuées dans l’oeuf; alimentation standardisée, aseptisation de tout, pas se rouler dans l’herbe pour pas se tâcher, ne pas s’écorcher les genoux en vélo… Autant d’expériences qu’on élimine…et c’est dommage.

  2. Pingback: Prière de toucher § toucher social | CultURIEUSE·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s