Georges Mathieu (1921-2012) § Art et publicité

portmathieuGeorges Mathieu (d’Escaudoeuvres) est un peintre français né dans le Pas-de-Calais(biographie). Issu d’une famille de banquiers, il étudie le droit, la philosophie et les lettres et commence à peindre à l’âge de 21 ans. C’est à la fin de la guerre qu’il prône une peinture gestuelle et milite pour un art libéré des contraintes traditionnelles. Le mouvement de l’abstraction lyrique, en opposition à l’abstraction géométrique, nait en écho à l’action painting états-unien (Pollock…). Fondé sur l’improvisation, la vitesse et la spontanéité, le dynamisme en est le concept principal : « La liberté, c’est le vide. »déclare Georges Mathieu. Pour lui, le signe précède le sens et l’image précède l’idée.

En 1947, il expose à Paris et, trois ans plus tard, au Japon et aux Etats-Unis (ce dernier pays refusera par la suite toute exposition ou performance de sa part. Concurrence?). Il voyage ensuite dans toute l’Europe et ailleurs.

ozartsetc_georges-mathieu_peinture_01-e1324494083609

Georges Mathieu, « Hommage à la mort « , 1950.

En 1954, utilisant la peinture à même le tube et sans esquisse préalable, il peint en public (introduisant le happening en France) en 80 minutes l’oeuvre « Les Capétiens partout », tableau participant d’une série de batailles et de titres historiques. Il nomme ses performances publiques « Manifestations de combat ». Un film tourné par Frédéric Rossif en 1971, « Georges Mathieu ou la fureur d’être », sur la musique de Vangelis, témoigne de la chorégraphie intense qui présidait à la création de ses tableaux. Il édicte les quatre critères de l’Abstraction Lyrique : la primauté accordée à la vitesse d’exécution, la non préexistence des formes, l’absence de préméditation des gestes et la nécessité d’un état second de concentration.

mathieu_capetians

Georges Mathieu, « les Capétiens partout », 1954, 295 x 600 cm

ozartsetc_georges-mathieu_peinture_02-e1324494129420

Georges Mathieu, « Le Duc Charles épouse la Duchesse de Bourgogne », 1957.

Mathieu-1

Georges Mathieu « Ksanti » (sanscrit: patience ou pardon), 1958, huile sur toile (100 x65cm) Galerie Applicat-Prazan, FIAC 2014

 Les oeuvres sont souvent titrées postérieurement à leur exécution.

Mathieu-2

Georges Mathieu, « La bataille des éperons d’or », 1957, huile sur toile, 160×400 cm.

De 1953 à 1963, il est rédacteur en chef de l’United States Lines Paris Review. Une querelle a lieu à cette époque avec André Breton, les rapports entre surréalisme et abstraction lyrique devant être clarifiés. Le musée d’Art Moderne de la ville de Paris lui consacre une première rétrospective en 1963.

Dans les années 70, le peintre s’est fait graphiste, architecte et designer. Il est persuadé de la nécessité de créer des harmonies plus heureuses entre l’homme et son milieu, il pense que l’artiste a un devoir envers la cité et veut créer un style plus qu’un langage artistique. Il crée la pièce de dix francs (1974), le trophée des 7 d’Or, le logo d’Antenne Deux, dessine des timbres-poste, les plans d’une usine, des affiches pour Air France, des bijoux, des meubles et des tapisseries.

Il expose plus de cent cinquante fois dans le monde entier et conçoit des sculptures monumentales. Pour lui, « L’artiste est maintenant appelé, pour réduire le risque du naufrage social, à quitter sa tour d’ivoire pour la tour de contrôle de la société. »(citation de Galbraith). Il s’engage donc dans une croisade visant une éducation qui renforcerait la sensibilité plutôt que la raison et l’économie. En 1976, il est administrateur de la Société d’encouragement aux métiers d’art mais aussi membre de la Commission pour la réforme de l’enseignement artistique ( Ministère de l’Education ).

41FT+jAOMgL._SY344_BO1,204,203,200_

1996

Dans l’ouvrage ci-dessus, Georges Mathieu déclare : « Si l’impressionnisme est la libération du réalisme photographique, le fauvisme la libération du réalisme de la couleur, le cubisme la libération du réalisme des formes, (…) l’abstraction lyrique incarne l’ultime libération, celle de toutes les références. »

Georges Mathieu est passé durant sa vie du statut d’artiste novateur à celui de peintre officiel de la France bourgeoise de Pompidou, puis destitué et ignoré par certains. Il se revendiquait monarchiste et catholique et affichait un dandysme provocateur. Le paradoxe de cet homme, entre idées aristocratiques rigides et art sans aucune concession à l’académisme, en a fait une contradiction vivante. Ce dandy révolté cesse de peindre en 1991.

p_G_M_2aN

« Le Dandy doit aspirer à être sublime sans interruption, il doit vivre et dormir devant un miroir » Baudelaire

AffichesAirFranceGeorgesMathieuHorizontal

Affiches de Georges Mathieu

Ce pertinent article sur l’art et publicité démontre que les deux sont liés « L’art et la publicité sont deux phénomènes culturels intimement liés entre eux. Le ciment de cette relation n’est rien d’autre que la créativité. L’artiste puise dans la créativité pour donner corps à son œuvre tandis que le marketeur va l’associer à un sujet (ce pourquoi il communique) pour donner vie à sa publicité. « (http://demeteretkotler.com)

Toulouse Lautrec a initié l’affiche publicitaire d’artiste :

90417057_o

Toulouse Lautrec (1864-1901)

41319216_p

Théophile Alexandre Steinlen (1859-1923)

norman_rockwell_coca_cola-2

Norman Rockwell (1894-1978)

Andy Warhol s’est inspiré de la publicité pour la réinterpréter :

Warhol, Andy

Andy Warhol (1928-1987)

Puis c’est la publicité qui s’est emparée de l’art pour vendre ses produits, que ce soit par citation, allusion ou imitation  (diaporama sur ce site cliquer ici )

medium_MarinotArt-Pub

D’après Yves Klein (1928-19629

44708474

Pensez-vous immédiatement à Johannes Vermeer?

La rue est le lieu le plus visible et le plus fréquenté. Pourquoi la publicité devrait-elle être la seule à bénéficier de l’espace public? Nous subissons ses injonctions au quotidien sans même nous en rendre compte, ne serait-il pas temps de s’insurger et donner plus d’espace à l’art dans nos milieux urbains? Le Street Art dénonce cet état de fait:

billpostersmcbomb1web1

Bill Posters – Manchester © Bill Posters – Brandalism.org.uk

« Nous sommes des rats de laboratoire pour les publicitaires qui exploitent nos peurs et nos insécurités via le consumérisme. Je suis un être humain, pas un consommateur. Alors en reprenant ces panneaux, nous reprenons juste ces espaces. Si Sao Paulo au Brésil a pu bannir la publicité en extérieur, nous le pouvons aussi ». Bill Posters

H2

Dans le 19ème arrondissement de Paris, un artiste place ses œuvres dans la rue pour étudier la réaction des passants : Julieth Mars Toussaint (jusqu’au 18.06.2015)

Advertisements

6 réponses à “Georges Mathieu (1921-2012) § Art et publicité

  1. super super super ! Que veux-tu que je rajoute ? Une mine de connaissances, vraiment ! Comme on se le disait avec ma cop’ Béa et la Fée Kali, on ressort toujours plus intelligentes de la lecture de ton blog, et ce n’est pas là vile flatterie ! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s