« Violence » de Claudio Ceni § Conférence « Une histoire de violence »

violence

A mon goût, le résumé  de quatrième de couverture ne rend pas vraiment la puissance contenue dans ce roman contemporain.

Après son premier roman, « Ultime adresse « , Claudio Ceni examine, avec Violence, un thème dont l’actualité est manifeste.  Par touches successives, avec beaucoup de finesse, la violence, ou plutôt les différentes formes qu’elle peut endosser, est présente dans quasiment chaque paragraphe. Douce, furieuse, cachée, auto infligée, sociale, économique, insidieuse ou même météorologique, la violence quotidienne à laquelle nous sommes tous confrontés surgit des situations les plus familières. Par surprise ou prévisible, elle effare, elle consterne, elle saisit ou devient si banale qu’on l’ignore.

 

jeff wall milk

Jeff Wall,  » Milk  » 1984 Transparency in lightbox 1870 x 2290 mm Collection FRAC Champagne–Ardenne, Reims © The artist

Comme dans son premier roman, l’auteur présente une famille, le microcosme par excellence de la société. Les deux enfants pré-adolescents apparaissent atteints de certains dysfonctionnements symptomatiques de notre époque: surinformation, effets secondaires dûs à la surdouance, hyper information, technologie invasive…et sous-alimentation affective. La communication parents-enfants, de tous temps difficile à cet âge, en est spécifiquement altérée, attisant la sournoise violence de l’incompréhension entre générations.

« (…)— Bon Dieu Matt! tu viens de quelle planète? Tu ne pourrais pas faire semblant d’avoir ton âge, de temps en temps?
Matt prend un air résigné:
—J’essaie parfois, mais c’est vraiment trop douloureux…Seulement quand je ne peux pas faire autrement. Avec certains profs, qui prennent comme une insulte personnelle le fait d’avoir un élève plus intelligent qu’eux. Alors c’est bien ça? C’était une belle femme?(…) »

L’histoire a pour cadre un endroit réputé idyllique. L’auteur décrit cependant une atmosphère délétère. Malgré le confort et l’aisance matérielle, Tony, le père, consultant en marketing, dévoile peu à peu un mal-être intensifié par sa rencontre avec Jeanne, psychologue, qui travaille pour une usine en grève au moment du récit. Son chemin de vie en sera bouleversé. Leur histoire d’amour, nous le savons dès le préambule, se terminera dramatiquement.

« Ils sont noyés. Une vague plus forte et plus haute que les autres est passée par-dessus la barrière de rochers et s’est abattue sur leurs têtes. Jeanne a les cheveux collés au visage. Ils s’embrassent. Ca ne devrait pas durer, hurle Tony. On s’en fout, c’est génial! hurle à son tour Jeanne. »

La violence qui règne dans le monde du travail, que ce soit celui des cadres ou celui des ouvriers, est parfaitement auscultée. Un constat d’angoisse et de tension sans appel.

« La cour est occupée par une bonne centaine de gens de toutes couleurs, jeunes et moins jeunes, hommes et femmes, à proportion à peu près égale. La majorité porte des blouses de travail, surtout blanches, quelques-unes bleues. Une équipe de télé est en train d’interviewer un jeune type à casquette du syndicat. Tony passe à côté d’un feu mourant de palettes et de trois pneus déchiquetés qui laissent voir leurs carcasses de fils métalliques, comme les cages thoraciques ouvertes de cadavres sur un bûcher. L’asphalte est noircie et déformée autour du foyer, formant l’image approximative d’une de ces supernovae que Matteo accroche aux murs de sa chambre. »

Alternant les scènes domestiques familiales, celles plus sociétales, et l’intimité des personnages, Claudio Ceni signe avec ce livre la brillante description d’une société en mal d’authenticité, écartelée entre réalisation de soi-même et culpabilité altruiste. Une analyse subtile, des personnages attachants et tangibles, une écriture élégante et musclée, des faits basés sur une réalité décryptée avec clairvoyance: Violence, roman transposable, est l’éloquente démonstration d’un quotidien occidental insidieusement menaçant. Article du 5.08.2015, journal Agefi.

IMG_1026

Toujours au sujet de la violence aujourd’hui, la conférence organisée par le mouvement Colibri:

bandeau2 « UNE HISTOIRE DE VIOLENCE », 12 juin 2015

La violence de la société est aussi le reflet d’une violence qui existe à l’intérieur de chaque individu. Invités :

Pierre Rabhi, agroécologiste et philosophe, Paul Watson, activiste et fondateur de Sea Shepherd, Nancy Huston, essayiste et romancière et Thomas d’Ansembourg, psychothérapeute et écrivain.


4 personnalités, 4 récits, 4 points de vue pour s’interroger sur les différentes formes de violence, leurs origines et les leviers de résilience. Et si chacun de nous avait un rôle à jouer ?

« Une histoire de violence », partie 1, Pierre Rabhi from Mouvement Colibris on Vimeo.

« Une histoire de violence », partie 2, Nancy Huston from Mouvement Colibris on Vimeo.

« Une histoire de violence », partie 4, Thomas d’Ansembourg from Mouvement Colibris on Vimeo.

« Une histoire de violence », partie 5, Réponses aux questions from Mouvement Colibris on Vimeo.

Advertisements

11 réponses à “« Violence » de Claudio Ceni § Conférence « Une histoire de violence »

  1. Pari gagné, tu me donnes très envie de lire ce roman et envie de le faire sortir du « croissant lémanique » ! Je vais aller jeter un oeil du côté des platitudes des critiques, mais je me fie plutôt à ton enthousiasme !

  2. Quelle belle analyse qui donne toute la dimension de ce roman dont j’ai recommencé la lecture sitôt terminé l’épilogue.
    Claudio, nous fait du bien avec ses livres méme quand ça fait mal. 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s