Karel Appel (1921-2006) § Travail collaboratif

10322230Karel Appel , artiste peintre né à Amsterdam, a exploré divers médias comme la sculpture, le vitrail. le collage, la lithographie… Son oeuvre est caractérisée par le refus des conventions, le rejet de la société matérialiste et l’expérimentation. Dès 1947, il produit des assemblages de bois et d’objets en relief, les objets poubelles. Ces « enfants qui questionnent », dont il créera plusieurs versions, sont pour lui les témoins dérangeants d’un monde injuste, des innocents qui accusent.

34-_Karel_Apple_-_Enfants_interrogeant_-_1948_-_83x56cm

Karel Appel, « Questionning children », 1948

C’est en 1948, après avoir étudié à l’Académie des Beaux-Arts d’Amsterdam, qu’avec Corneille, Asger Jorn, Pierre Alechinsky, Constant et d’autres, il s’oppose à l’abstraction géométrique qui domine aux Pays-Bas (Mondrian). Le collectif CoBrA (Copenhague, Bruxelles, Amsterdam) naît à Paris un an plus tard. Il se réfère à l’art populaire nordique, à l’art primitif, aux dessins d’enfants et à l’automatisme surréaliste, en réponse à la querelle entre abstraction et figuration. L’idée en est anti-élitiste. Elle comprend des créations collectives, comme les textes-images. Les peintres collaboraient avec les poètes, les travaux changeaient de forme, on organisait des jeux communs et on n’aspirait pas à l’oeuvre.

_sep001197501ill04

De gauche à droite: Constant, Appel et Corneille à Paris (1949).

Cobra80g

Fac-similé, Paris, Éditions Jean-Michel Place, 1980, reliure cartonnée illustrée, non paginé (350 pp.), (32,3 x 24,4 cm). Dix numéros

Invité à peindre en 1949 le mur de la cantine de l’Hôtel de ville d’Amsterdam, la réalisation de Karel Appel est rejetée par les autorités et la presse. Il est recouvert de papier peint durant dix ans.

Il s’installe alors à Paris. Le mouvement CoBrA est dissout en 1951 pour cause de dissensions, Christian Dotremont (poète et peintre connu pour ses logogrammes), demeurant le lien entre les membres du groupe qui continuèrent chacun leur chemin artistique.

« Cobra fut la fantaisie, le grand travail a commencé par la suite. » KA

1998_BEL_2744

Timbre de 1998 édité pour le cinquantenaire de CoBrA. Peinture-mots de Dotrement et Appel.

Karel Appel rejoint le groupe des artistes informels ou Art Autre (DeKooning, Riopelle, Pollock, Francis, Michaux). L’Action painting américain date de la même époque.

karel_appel_two_birds_and_a_flower_d5631704h

Karel Appel, « Two Birds and a Flower », 1951

appel_10

Karel Appel, « Le cri de la liberté », 1953

Karel Appel reçoit un prix à la Biennale de Venise de 1954, puis il passe deux étés à Albisola en Italie pour se familiariser avec la céramique.

14793042494_b52982329c_m

Karel Appel, céramique, 1986

Les sujets de Karel Appel sont le plus souvent des enfants ou des animaux de couleurs vives et de formes simples. Par son art, il invoque la liberté, la spontanéité, la démocratisation et la pluridisciplinarité. Le geste artistique doit, pour lui, être exempt de raison et rester instinctif. Il reste figuratif tout en adoptant les méthodes de l’action painting. Il improvise aussi sur des musiques Jazz. Il restera fidèle toute sa vie à cet esprit de liberté. « Je suis un peintre de mon époque. Je peins la vie telle qu’elle se déroule autour de moi. Dure, vivante, belle, cruelle, formidable… Tout. Je suis né entre deux guerres mondiales. Alors je peins la sauvagerie de mon époque. Tout le reste m’ennuie. » KA

v_9782718602394

Ecrits sur Karel Appel par Peter Berger, Simon Vinkenhoog, Jean Vrijman.

40138116

Karel Appel, « Face in a Landscape », 1961 © Karel Appel Foundation, Amsterdam

83a0afbeaed8d8f58e1cc07f2e51ea6f

Karel Appel, « Tell me something », 1963

W15768_Geazing_Head_X_original_large

Karel Appel, « Gazing Head X », 1974 (Détail) Peinture et collage sur papier Courtesy Galerie Lelong — Photo Fabrice Gibert

1970, il compose en collaboration avec des musiciens comme Chet Baker. 1972-73, voyages en Amérique du sud, Asie, Japon. 1976, il travaille avec des habitants des bidonvilles de Lima (Pérou) pour la création d’une fresque en peinture murale. La même année, productions sur papier avec Pierre Alechinsky.

karel-appel-pierre-alechinsky

Karel Appel et Pierre Alechinsky – Suite a deux E (6) – color etching – 1978 – 30×21 cm – ex 37/75

Avec Anti-Robot, Karel Appel installe, en 1976, sur le site de l’Université de Dijon son oeuvre monumentale, la plus grande jamais réalisée par l’artiste. Une structure métallique, recouverte d’aplats de couleurs vives en peinture laquée représente un personnage poétique et avenant hors du monde rationnel. Restaurée en 2012, la sculpture a retrouvé son éclat originel.

80197291

Karel Appel, « Anti-Robot », 1976, Dijon.

11467739_1

Karel Appel, 1975, lithographie

Fasciné depuis toujours par l’univers du cirque, Karel Appel aurait pu être clown… Selon ses dires, le clown est un anti-robot, symbole de liberté. Avec Circus Appel, en 1978, il crée un univers de dix-sept sculptures polychromes joyeuses et affranchies des conventions artistiques.

appel-circus

Karel Appel, « Appel Circus », 1978. Musée de Dunkerque

appel7a

Karel Appel, LAAC Dunkerque.

Tirées de portfolios (http://rogallery.com):

 14 minutes du film The reality of Karel Appel de 1961  par Jan Vrijman. Musique Barbare de Karel Appel avec Frits Weiland, Jaap Vink, et Will Eisma.

5.0.2

Vue de l’exposition de Karel Appel de 1980, galerie Daniel Templon

Série de window painting, des compositions plus abstraites et contemplatives datant de 1980.Une palette de couleurs plus sombres apparaît.

Et, à partir de 1982, une collaboration de peintures et poèmes visuels avec le poète Allen Ginsberg! Celui-ci trouve alors chez Appel, une liberté du geste qui lui rappelle celle voulue par les créateurs du style d’écriture de la Beat Generation.Propos de Ginsberg

1982, With Alan Ginsberg and the painting they made together, New York

Karel appel, Allen Ginsberg et une de leur création, une affiche pour une conférence sur Jack Kerouac, 1982.

1984, Karel Appel débute une série de nus.

Akt05

Karel Appel, Nude Series #5, 1984, Acryl and oilstick on paper, 76 x 210 cm, © Karel Appel Foundation, Amsterdam.

1989, « Can We Dance A Landscape? », décors de ballet en collaboration avec le danseur et chorégraphe japonais Min Tanaka et le compositeur vietnamien Dao. La même année, conception d’un mural avec des enfants d’Hiroshima. « Je ne travaille pas pour l’art, ni pour la peinture. Mais parce que j’en ai envie. C’est se battre avec la matière qui m’intéresse plus que l’art. Le public peut appeler cela de l’art ou de la merde. C’est comme il veut. » KA

 1995, les paysages inspirés de la Toscane.

Toscaans-landschap-Karel-Appel

Karel Appel, « Horizon Toscan » , 1995, oil on canvas, 200 x 260 cm

 Karel Appel meurt à Zürich en 2006.

 A voir, l’exposition Karel Appel au Centre Pompidou (Paris) du 21 octobre 2015 au 12 janvier 2016

Karel Appel a souvent choisi des travaux de collaboration avec d’autres artistes ou des communautés. Ne serait-ce pas plutôt de la coopération? On peut jouer sur les mots, d’où l’importance de les définir.

120166Le travail collaboratif est produit par le groupe du début à la fin. Dans ce projet, il est proposé à chacun d’améliorer continuellement  son ensemble de façon parallèle. Travailler en collectif ou collaboratif n’est pas forcément plus rapide ou plus efficace. La motivation, les compétences, le temps consacré sont primordiaux au résultat. L’intérêt de cette façon de travailler est d’associer les créativités et les ressources potentielles du groupe. Wikipedia est un exemple de travail collaboratif. Il n’est pas rémunéré.

Le travail coopératif, en revanche, est un partage structuré des tâches dans un but commun.

Le travail collaboratif existait déjà dans les sociétés dites primitives. Sa valeur principale est le partage. Internet, les outils de traduction et les moteurs de recherche lui ont donné une nouvelle dimension. Par exemple, pour se mobiliser autour d’un projet commun sans parler la même langue et sans se connaître.

travailcollaboratif

Schéma publié par netpublic.fr

Publicités

4 réponses à “Karel Appel (1921-2006) § Travail collaboratif

  1. Le cri de la liberté, j’aime. Quant au travail collaboratif, on espère son envol, son essor, ça pourrait changer pas mal de choses..On peut rêver Il y a des germes qui poussent ici et là, mais plus, ce serait bien..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s