Olafur Eliasson (1967) § little sun

 

Olafur_Eliasson_230_01.jpg

Olafur Eliasson est un artiste contemporain danois dont les parents sont originaires d’Islande. Son père, artiste, l’initie à l’art et il passe du temps dans son atelier. Rapidement divorcés, leur enfant passe toutes ses vacances chez ses grands-parents en Islande, pays qu’il adore. Adolescent, sa pratique du break dance influe sur sa conscience du corps lié à l’espace. Il est diplômé de l’Académie des Beaux-Arts du Danemark en 1995 et s’installe à Berlin cette même année.

IMG_MDA103999_340px

Olafur Eliasson, Beauty, 1993

IMG_MDA108706_1600px

Un de ses premiers travaux s’intitule Beauty, un tuyau d’arrosage percé, d’où l’eau s’écoule, et éclairé de manière à créer des arcs-en-ciel. Il débute ainsi une oeuvre où il met en relation les éléments naturels et la technologie et crée des sculptures souvent basées sur la lumière.

0b91c

Olafur Eliasson, « One Way Color Tunnel »

En 1995, fondation du studio Olafur Eliasson de Berlin : un atelier-laboratoire expérimental qui ne cessera de s’agrandir, composé en majorité d’architectes, mais aussi d’artistes, de techniciens, de scientifiques, d’historiens de l’art, d’administrateurs et de cuisiniers bio, de différentes nationalités. Il occupe aujourd’hui une centaine de personnes selon les projets en cours. Il est un outil destiné à la conception artistique.

« (…)la lutte contre le dérèglement climatique est fortement altérée par notre incapacité à nous sentir connectés à une chose aussi vaste et globale que le climat. Les idées de connexion et d’interdépendance sont des outils pour transformer les idées en actions »OE

Inspiré par le Land Art, Olafur Eliasson met en scène des phénomènes naturels dans des environnements urbains. Entre 1998 et jusqu’en 2001, Il teinte de vert les fleuves des villes de Brême en Allemagne, Moss en Norvège, Los Angeles aux Etats-Unis, Tokyo au Japon et Stockholm en Suède (de la fluorescéine). Son projet Green River est une façon de révéler l’espace naturel, d’inviter à en prendre conscience, la modification de la couleur de la rivière incitant les commentaires et les interrogations.

olafur-eliassonEn 2003, pour le pavillon danois de la 50e Biennale de Venise, son installation La situazione antispettiva , une espèce d’immense kaléïdoscope, est bâtie avec environ 250 cônes polygonaux en acier inoxydable. Le visiteur  dans le module se trouve reflété à l’infini par les facettes polies, tandis que les cônes tronqués permettent de voir l’intérieur depuis dehors.

La même année, The Weather Project (le projet météorologique), lui offre la reconnaissance publique. A la Tate Modern de Londres, son installation plonge les visiteurs dans un brouillard artificiel et leur font vivre un lever de soleil éblouissant grâce à un jeu de miroirs et de lumières. Tout l’aspect technique est visible depuis un autre point et fait partie de l’oeuvre. L’art et la science confondus.

installation_view_olafur_eliasson_the_weather_project

Olafur eliasson, « The Weather Project », 2003

 L’objectif d’Olafur Eliasson quand il met en évidence ces phénomènes est de toucher le spectateur dans sa perception de l’espace et du temps. Il en devient la « partie exposée, en mouvement dynamique ».

« Eye see you » (l’oeil te voit), 2006,  est une commande de la Maison Louis Vuitton pour les vitrines de ses 350 boutiques. Les bénéfices obtenus ont été versés à la fondation 121 ethiopia , une ONG créée par l’artiste et son épouse Marianne Krogh Jensen. Un jeu de reflet où le regardeur est regardé à son tour par son reflet dans l’oeil de la vitrine. Les lampes qui forment cet énorme iris  sont des « sun cookers ». « Lier cet endroit (le magasin Louis Vuitton), qui est un des emplacements commerciaux les plus chers du monde, avec un autre endroit où le dénuement est total, est crucial pour moi » Dit-il.

La firme BMW a fait appel à lui pour son modèle d’Art Car 2007, le 16ème. Intitulée Your Mobile Expectation, la voiture(à hydrogène), est considérée ici comme une partie de l’ensemble lumière/température/eau, est recouverte d’un dôme de glace. L’utilisation de ces trois éléments essentiels à la survie humaine insiste sur la relation de l’Homme à la Nature et à la technologie.

art-car-01sq

Olafur Eliasson, BMW H2R project, Art Car, 2007

« Pour moi, l’expérience physique provoque une impression beaucoup plus profonde que la rencontre purement intellectuelle. Je peux vous expliquer ce que signifie avoir froid, mais je peux surtout vous faire ressentir à travers mon art ce qu’est le froid. » OE, Le Monde, janvier 2009.

waterfall2

Olafur Eliasson, « Waterfall », NYC, 2008

Les quatre cascades de New York datent de 2008. Toujours en lien avec le climat, le temps et l’espace, c’est un projet de grande envergure financé uniquement par des fonds privés et dont l’impact sur l’environnement est nul. Les échafaudages visibles semblent figurer la nature comme étant une construction.

B1_Starbrick_BiennaleVenedig_ZT

Studio Olafur Eliasson, « Starbrick ».

Le studio d’Olafur Eliasson a mis au point et travaille encore sur la Starbrick, une première réalisation commerciale : un luminaire à suspendre, combiner ou poser au sol, un module composé de surfaces miroir jaune éclairées par LED.

 

Mis en valeur dans l’espace urbain, les phénomènes naturels sont ainsi rendus visibles par l’artiste. Que ce soit avec des moyens scientifiques ou par une proposition d’activité très simple : Un plafond troué pour suivre la course de la lumière du jour ou des légos mis à disposition de la créativité des visiteur.

Lego_Installation_DAG_II_jpg_940x2000_q85

Olafur Eliasson, The Collectivity Project (High Line, NYC), 2015

L’interactivité de ses travaux avec le public lui est essentielle, un objectif important de son travail étant de relier le corps et l’esprit lors de la découverte. Artiste de la lumière, écoresponsable, relié à l’humanité aussi bien qu’au cosmos, Olafur Eliasson déploie une démarche de questionnement, de recherche et d’expérimentation. Pour une nouvelle planète?

DK_FIAC_thenewplanet

The New Planet /Eliasson&Neugerriemschneider/Ph.Cr: Jens Ziehe

Aujourd’hui, exceptionnellement, je fais de la pub!

Little Sun (2012) utilise l’énergie naturelle du soleil là où l’énergie est inaccessible, ni fiable, ni renouvelable et coûte beaucoup trop cher.
Studio_Olafur_Eliasson_Little_Sun_6Pour aider à remédier au manque de lumière dans les pays en voie développement et aux dégâts occasionnés par les inhalations dues à l’utilisation de la lampe à pétrole, Olafur Eliasson et l’ingénieur Frederik Ottesen lancent Little Sun . Une lampe solaire LED qui éclaire déjà des milliers de foyers de pays africains dans des zones coupées du réseau électrique mondial. Quatre heures de lumière naturelle suffisent à produire cinq heures d’éclairage. L’entreprise crée aussi des emplois et des business locaux de distribution. le prix de la lampe est plus élevé dans les pays jouissant de l’électricité, ce qui permet des prix abordables dans les pays défavorisés. Un projet social et écologique.
Pour acheter Little Sun (22 euros), cliquer ici
LSj_1
Publicités

4 réponses à “Olafur Eliasson (1967) § little sun

  1. oh lala ! formidable, j’adore ! Je me réjouis de voir la biennale avec toi, ça va être top top top ! Je me trompe peut-être ( c’est même fort probable ! ) mais je pense que la vie en Islande crée des artistes hors du commun. Cette idée de lumière…les aurores boréales…

  2. Pingback: News : Olafur Eliasson à Versailles | CultURIEUSE·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s