Billet d’humeur § Prophilo

IMG_1134Lors de la promenade avec mon chien, par ce matin grisâtre et boueux, j’ai eu cette pensée futile: si le monde pouvait écouter la voix de ma raison comme mon chien écoute et obéit à la mienne, tout n’irait-il pas mieux? Et avec horreur, j’ai perçu la tentation qui peut être celle du politicien, du dictateur, du despote, celle du puissant, du fort en gueule, du macho.

Parce que nos différences font notre humanité, nous devons accepter les avis et les votes qui sont pour nous l’envers du bon sens.

Les manipulateurs  de foules que sont les dirigeants politiques ont appris, dans leurs hautes écoles, les rhétoriques  auxquelles, nous, pauvres pékins, sommes incapables de répondre. Il nous manque les mots, le verbe. Comment formuler ces arguments que l’on voudrait percutants et qui nous tiennent tant à coeur? Et puis, est-ce la bonne idée de chercher à convaincre? Pourtant chacun a des convictions qui lui semblent imparables, seulement ce ne sont pas les mêmes…

Les français qui ont voté FN et les suisses qui votent UDC ont-ils vraiment saisi la portée des lois et des restrictions auxquelles ils devront obéir?

Mon chien se plaît à m’obéir, cela lui convient, c’est un jeu pour lui, un jeu qui le rassure. Un peu comme le petit enfant est rassuré lorsqu’on lui impose des limites, celles qui assurent sa sécurité, même si cela entrave sa liberté et dérange sa volonté.

Mais quel est l’adulte qui trouve du plaisir à obéir? Pour qu’il se joigne à un mouvement, quel qu’il soit, qu’il adopte une idée, il doit être convaincu. Donc manipulé? Tel est le populisme de la droite nationaliste qui joue sur la peur de l’inconnu.

L’éducation est la seule réponse à la manipulation des masses, c’est une chose banale que de le dire. Mais quelle éducation? Nos enfants ont la chance de suivre un enseignement dont on dit qu’il est de qualité, non?  Et nous les adultes, nous sommes informés, les médias se bousculent autour de nous, pas besoin d’écouter vraiment puisqu’on sait…après tout, regardons cette série criminelle si distrayante…

Eduquer notre réflexion. S’entraîner à penser. Faire l’effort de réfléchir. S’en aller promener le chien, marcher et cogiter. Mieux, gamberger à plusieurs. Se questionner, questionner les enfants, les pousser à se questionner entre eux. Y a-t-il une chose dont vous êtes sûr et certain? Remettez cette chose en question!

-1

Auguste Rodin, « Le penseur », 1882

L’inconnu alors prend une forme passionnante, l’inconnu ne fait pas peur lorsqu’on se réjouit de le découvrir. L’esprit y est préparé, entraîné, déjà ouvert: entrez nous allons nous découvrir!

Un outil de premier choix pour essayer d’atteindre cet objectif, ce sont les communautés de recherche en philosophie pour les enfants, qui existent aussi pour les adultes. Si les enseignants pouvaient s’y intéresser (en voilà une conviction!), quel plus important challenge que d’apprendre aux enfants qu’il sont capables de penser par eux-même, capables d’écouter le point de vue d’un autre, capables de changer d’avis sans passer pour un con, capables de remettre en question ce qui semblait être une évidence et capables d’accepter que leur conviction ne soit pas partagée…

Nous ne sommes pas des chiens, nous ne sommes pas aussi dociles. Nous possédons tous l’intelligence et la réflexion et nous pouvons ensemencer notre environnement pour les promouvoir.

Advertisements

11 réponses à “Billet d’humeur § Prophilo

  1. Eduquer notre réflexion. S’entraîner à penser. Faire l’effort de réfléchir.
    Et pour ce faire, ne pas courir, ne pas « remplir », ne pas « empiler ». Prendre du temps, du temps pour soi. Revendiquer que c’est au moins aussi honorable que d’être « surboocké(e) ».
    J’aimerais avoir un chien. Sont-ils si obéissants que cela ? ou ont-ils un truc à eux, en particulier dans leur regard, qui vous oblige à vous poser ?
    Bon, je n’ai pas beaucoup réfléchi pour écrire cela. J’envoie quand même.

    • Avoir un chien, c’est ambigu. Le pouvoir et l’autorité qu’on a sur lui est-il innocent? Mais il reste un imparable trait d’union avec la Nature. Vous avez raison, le temps nous manque souvent pour réfléchir à autre chose qu’au nécessaire du quotidien…

  2. Mais qui nous encourage vraiment à réfléchir par nous-même. Tout est fait pour que nous mettions nos bras au service du collectif et non notre cerveau. L’un de mes films cultes : Le cercle des poètes disparus… qui donne à réfléchir sur les dangers à vouloir suivre sa voie. Merci Culturieuse pour ce billet 🙂

  3. eh bien, j’ai toute la nuit pour réfléchir à tout ça, Martine, afin de ne rien ajouter qui soit superflu. Je n’ai pas de chien, que des chats, je vais leur demander leur avis…;)en tous cas, ils ne sont guère obéissants !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s