Lionel Sabatté (1975) § dégoût?

lionel Portfolio de Lionel Sabatté.

  Lionel Sabatté, pasticien, est diplômé de l’Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Paris. Il est toulousain de naissance et réunionnais d’enfance. Il vit et travaille aujourd’hui à Paris. Son grand-père, taxidermiste, lui aurait-il donné le goût de la re-création?

Sa première exposition a lieu en 2003 à la Galerie Anton Weller, Paris. Une série de dix mille petites peintures libres représentant des personnages. Le dessin accompagne toutes ses créations.

g_PD10Sabatte08

Lionel Sabatté, « Chevêche Athéna », 2010. Peaux de pied, ongles, vernis. 10 x 16 cm. Courtesy galerie Patricia Dorfmann © Lionel Sabatté

Peaux de pied et rognures d’ongles composent cette délicate petite chouette! Lionel Sabatté s’emploie à récupérer les déchets humains, que nous considérons comme répugnants, pour en faire des oeuvres d’art.

Les moutons de poussière, récoltés dans le métro parisien, il les métamorphose en loups. Une poussière universelle constituée par des milliers d’êtres humains de passage. Des miettes d’humanité.

ob_8675c0_imag0837

Lionel Sabatté, « Meute de loups « – Loups en moutons de poussière, structures métalliques – Dimensions variables – 2011 – Courtesy de l’artiste et collection privée

L’ambivalence de ces résidus, assimilés à la saleté, Lionel Sabatté en joue en alliant l’aspect de douceur et la répulsion première qu’ils nous inspirent. Sa meute de loups est « une collection d’ADN », dit-il, des milliers de personnes ayant passé à la station Châtelet-Les Halles (700000 personnes par jour).

« La poussière c’est un élément qui est déjà du dessin, c’est-à-dire que c’est à la fois une valeur, la partie compacte du mouton de poussière et c’est une ligne, les cheveux qui ont permis d’agglomérer le mouton de poussière. En fait, c’est vraiment un ensemble de lignes et de valeurs et c’est vraiment du dessin, le réel qui dessine en fait. » Lionel Sabatté

solo-1-0202

L’artiste récolte aussi les pièces d’un centime d’euro, poussières de l’économie et témoignage de civilisation. Encore une trace de l’humanité. Il en habille des créatures qui semblent sorties de profondeurs antédiluviennes.

l0027aveugle-poisson-d0027argent_web

Lionel Sabatté, « l’aveugle poisson d’argent », 2012 (Pièces de 1ct d’euro, dents de requin fossiles, fer, étain, laiton, vernis), 105 x 94 x 45 cm, Collection particulière.

Ses peintures, créatures hybrides jaillissant des Abysses, tout comme ses sculptures, sont empreintes de délicatesse autant que de « monstruosité merveilleuse » (dixit l’artiste). L’étrangeté et l’instabilité du vivant y est tangible.

infusion-d0027une-roue_lionel-sabatte_2015_acrylique-et-huile-sur-toile_195x195-cm_web

Lionel Sabatté, « Infusion d’une roue », 2015 Huile sur toile, 195 x 195 cm, Collection particulière.

 

lionel-24-540x450

Lionel Sabatté, « Le Donald Trump des profondeurs », huile sur toile, , 46×55 cm, 2012 ©

Lionel Sabatté redonne allure, répare. Les papillons abimés, reconfigurés avec des peaux mortes et des rognures d’ongles, sont magnifiés d’un nouveau corps elfique. Une procédure de réhabilitation et de réparation. De résurrection symbolique? De profond respect en tout cas.

sombre_re_paration_papillon_de_Claire__medium

Lionel Sabatté, « Sombre Réparation », 2013 (Papillons abîmés, abeilles, ongles, peaux mortes, épingle et boite à spécimen), 26 × 19,5 × 7 cm Courtesy de l’artiste

Autant dans les matières utilisées (l’oxydation, les déchets humains, les épices, le thé…) que dans les sujets abordés, la présence dans l’oeuvre d’un lien omniprésent avec le vivant tend à rendre un hommage à la vie et au temps. La symbolique des matériaux qu’il utilise raconte déjà une histoire. Il la prolonge à sa manière.

 

licorne-de-fevrier2015-2

Lionel Sabatté, « Licorne de février », 2015 Ferraille, béton, fibres végétales, charbon et curcuma 146 x 267 x 100 cm, Collection particulière.

expo-galerie-porte-avion-00-1

Lionel Sabatté, « Echafaudage d’un quotidien », Galerie Porte avion, Marseille. 2015

J’aime cette idée d’utiliser le terme échafaudage, aussi matériel que spirituel, aussi physique que mental. Ce bestiaire légendaire, paléontologique, cette reconstruction d’un monde animal interpelle quiconque se préoccupe d’écologie et de futur. Le mélange de forme animale réparée par des particules humaines me touche particulièrement.

Entretien avec Lionel Sabatté datant de décembre 2015.

Pour voir son travail : galerie Eva Hober, 37 rue Chapon, Paris, dès le samedi 30 janvier et au Musée de Vernon, près de Giverny, jusqu’au 14 février 2016. Et en Suisse en 2017 à la galerie C de Neuchâtel. Site: http://lionelsabatte.org

ob_ea9f6f_sabatte-1Les rognures d’ongles sont un sujet de dégoût alors que l’ongle vernis (voir le succès des ongleries) est attractif et désirable. Caresser la peau est un plaisir, mais détachée du corps sous forme de peau morte, elle devient répulsive. Le travail de Lionel Sabatté nous interroge : Qu’est-ce qui provoque la réaction de dégoût?

lile2

Lionel Sabatté, « L’île « , 2015 Peaux mortes, bonsaï mort, terre. 50 x 36 x 28 cm, Collection particulière.

Des odeurs, des aliments, des images ou des situations, des personnes même peuvent inspirer le dégoût, ce sentiment de rejet instinctif ou culturel. S’éloigner de cette source de répulsion est une attitude spontanée, mais n’existe-t-il pas une certaine fascination pour la chose dégoûtante? C’est, en tous les cas, une émotion violente qui suscite de fortes réactions physiques. La peur de la contamination ou de l’empoisonnement en serait l’origine. Le dégoût renvoie aussi au passage de la vie à la mort et à la décomposition qui s’ensuit. Il est si complexe que l’on ne peut le simplifier en le définissant comme le contraire du goût. Il peut même être éthique ou moral.

Pour ceux qui s’y intéressent, voir ici un article sur le dégoût de Michel Delville et Viktoria von Hoffmann (Novembre 2013): Le dégoût, une émotion plurielle

Que vous évoquent ces deux volatiles?

Publicités

13 réponses à “Lionel Sabatté (1975) § dégoût?

  1. Très intéressant, et une étrange fascination de la part de l’artiste, surtout les rognures d’ongles. Cela ne va pas laisser mes élèves indifférents, merci pour le partage.

  2. Des formes squelettiques qui mettent en scène l’essentiel, j’adore ! Même si certaines ont des silhouettes assez morbides. Mais c’est ça aussi la vie… Merci pour la découverte, comme d’habitude, un plaisir 🙂

    • Merci pour l’artiste, Elisa! Comme une sorte d’alliage entre deux états, deux phases, deux incarnations. Oui, c’est un travail d’une belle cohérence.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s