Pierre-Alain Bertola (1956-2012) § illustrer

Deux expositions qui ont retracé le parcours du talentueux illustrateur suisse que fut Pierre-Alain Bertola. Une magnifique découverte pour moi. Voir ici sa Biographie complète.

Après des études d’architecture, il se consacre en autodidacte à la bande dessinée. Futuropolis ne s’y trompe pas qui édite « Colonel Bauer » en 1988 et « Les sept couleurs du noir » en 1990. Mais le dessinateur a plus d’une corde à son arc. Il réalisera des dessins de presse, des affiches, des plaquettes et devient aussi scénographe d’expositions, de théâtre et d’opéras (« La flûte enchantée » à St-Petersbourg en 2008 par exemple). Ses illustrations de romans (« la route »de Cormack MCCarthy, « Le gros poisson du lac » de C.F.Ramuz, etc.) permettent une magistrale entrée dans le texte. L’amour de Pierre-Alain Bertola pour la littérature y est criant.

Ses dessins de presse, exposés à la Maison du dessin de Presse de la ville de Morges, sont saisissants. Le trait fin à l’encre de chine reste précis tout en laissant place à l’imagination du spectateur, les lavis aériens ou écrasants de ses ciels exacerbent l’atmosphère, la dynamique de ses larges coups de pinceau expriment l’émotion et même la rage de l’impuissance. Son talent de scénographe y est fortement présent car les thématiques abordées dans ses illustrations d’articles de presse ne sont pas simples et touchent autant à des réflexions sociales qu’économiques ou littéraires.

Pourtant, vous devrez imaginer sa virtuosité ou faire vos propres recherches sur le web. Point d’illustrations pour cet article consacré à un illustrateur, celles-ci n’étant pas autorisées. Cependant si vous tapez son nom sur votre moteur de recherche, vous trouverez quelques images à contempler…

Copyright Carinne et Numa Bertola, avec leur aimable autorisation.

Son chef-d’oeuvre, le livre qui a changé sa perception de la littérature (de la vie?) dès l’âge de quatorze ans, est aussi celui de John Steinbeck, « Des souris et des hommes ». Resté présent dans son esprit tout au long de sa carrière, c’est en 2009 que ce projet de longue date voit le jour. Après les négociations d’usage auprès des descendants de l’écrivain. La sensibilité et la tension du récit de l’auteur américain sont magnifiées par le dessin et l’aquarelle de Bertola qui donne vie aux personnages de Lenny et de Georges. Les débuts de chapitre sont littéraires, juste agrémentés d’un dessin au crayon, puis, la page tournée, nous entrons dans le monde imaginé par l’artiste. Illustrer ce roman ne pouvait être réussi qu’en noir/blanc/gris. Le bien, le mal, et finalement les infinies nuances entre ces deux extrêmes qui se mêlent, et même s’allient quelquefois, englouties par les gris et les flous de lavis aussi profonds qu’éthérés.

La Fondation Jan Michalski a produit cette présentation filmée lors de son exposition de 2015. Vous pourrez ainsi, chers lecteurs, vous faire une idée de la virtuosité du geste artistique de Pierre-Alain Bertola, un artiste disparu subitement à l’âge de 56 ans alors que d’innombrables projets lui tenaient encore à coeur :

L’illustration accompagne un texte, elle a la particularité de pouvoir être reproduite à de multiples exemplaires grâce à des procédés d’impressions mécaniques. Selon wikipedia, cela la distingue de l’oeuvre d’art.

C’est à partir de la seconde moitié du XIXe siècle que l’on considère qu’un âge d’or de l’illustration apparait en Europe et aux USA, ceci grâce au développement de l’édition grand public et l’apparition des magazines. Les liens entre artistes et écrivains vont donner lieu à des collaborations pour l’édition d’oeuvres originales entre Beaux-Arts et littérature. De Gustave Doré à Norman Rockwell, de nombreux artistes se sont essayés à cet exercice.  Sonia Delaunay, Picasso, Kandinsky, Chagall, Matisse, etc.quelques oeuvres littéraires illustrées par des artistes

A l’heure actuelle, l’illustration de presse est plutôt dévolue à la photographie à part les dessins d’humour (Orientés ou pas) ou les livres pour la jeunesse. Les revenus des illustrateurs reposent essentiellement sur leurs droits d’auteur ou les commandes. La posture d’un journal comme « Le Monde Diplomatique » qui reprend des oeuvres d’art pour imager ses articles est admirable.

h-le-monde-diplomatique-janvier-2012

Pour ce qui est des illustrations de blog, il est possible d’aller sur Google image cliquer sur «Outils de recherche» puis sur «Droits d’utilisation», dérouler ce menu et choisir « réutilisation autorisée sans but commercial ». Sélectionner ensuite ce que l’on recherche. Maigre….

capture-decran-2016-10-07-a-16-53-06

Il n’est effectivement pas possible de reproduire sur un blog une illustration de Pierre-Alain Bertola.  Cependant, l’utilisation de l’image d’oeuvres d’artistes décédés depuis plus de 70 ans est autorisée semble-t-il.

Pour en savoir plus sur cet artiste suisse, consultez le blog de l’Association Pierre-Alain Bertola .

d82dd1ab78c93c957867eb399dcb67d4

Pierre-Alain Bertola. © Janine Jousson – A

Publicités

6 réponses à “Pierre-Alain Bertola (1956-2012) § illustrer

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s