L’Outrenoir de Pierre Soulages § Rêve et folie de Claude Régy

 

img_3957A la croisée de l’art et de la science, l’EPFL (https://www.epfl.ch/) organise jusqu’au 23 avril, dans son nouveau bâtiment Artlab, une exposition d’oeuvres de Pierre Soulages (1919) associée à des dispositifs scientifiques.

Le peintre et graveur Pierre Soulages (biographie ) est une des figures majeures de l’abstraction européenne. Restituer la blancheur de la neige grâce à de l’encre noire fut son premier challenge déjà à l’âge de huit ans. Il s’est intéressé à l’art roman aussi bien qu’à la calligraphie japonaise.

n-1948-b-4-brou-50x65-b-ok-338x440

Pierre Soulages, Brou de noix, 65x50cm, 1948, papier marouflé sur toile. Donation Pierre et Colette Soulages – musée Soulages, Rodez

Depuis 1950, il expose en Europe et en Amérique. Un long cheminement d’expériences picturales l’amène,  en 1979, année charnière de sa carrière, à se consacrer à ce qu’il nomme Outrenoir, noir lumière, au-delà du noir, un « autre pays ou un autre champ mental« . Le noir étant par définition une non-couleur qui n’émet ni ne reflète le spectre visible et l’absorbe, Pierre Soulages s’attache à révéler la lumière que la couleur noire structure à travers sa matière.

Un jour que je peignais, le noir avait envahi toute la surface de la toile (…) J’ai vu en quelque sorte la négation du noir, les différentes textures réfléchissant plus ou moins faiblement la lumière. Du sombre émanait une clarté, une lumière picturale, dont le pouvoir émotionnel animait mon désir de peindre. J’aime que cette couleur violente incite à l’intériorisation. Mon instrument n’était plus le noir mais cette lumière secrète venue du noir. D’autant plus intense dans ses effets, qu’elle émane de la plus grande absence de la lumière. Pierre Soulages

img_3968Il est impossible de rendre l’effet que produisent les toiles de l’artiste par photographie. Indispensable en effet de se déplacer pour en saisir les multiples nuances. Le regardeur devient ainsi acteur de l’oeuvre. « La toile est présente dans l’instant où elle est vue ». L’épaisseur et le traitement de la couche de peinture (huile et résine acrylique ou exclusivement acrylique) sculptent la matière en lumière et le tableau se transforme suivant l’angle de vue.

img_3941

Bibliothèque de 32 pigments noirs et leur déclinaison en surfaces mates ou brillantes, lisses ou structurées. Atelier Héritier, Genève.

Scientifiquement, le blanc correspond à 100% de lumière réfléchie et le noir à 100% de l’énergie absorbée. D’origine organique, minérale ou synthétique, les différents pigments de noir présentent de subtiles variations de nuances. Par exemple, le noir issu de la carbonisation des coques de coco ou celui du charbon conservent un caractère poreux, celui du noir de café est soyeux. La forme des particules qui constituent le pigment a un effet sur l’absorption de la lumière et donc sur la perception de sa nuance. Pierre Soulages n’en utilise qu’un, celui que l’on nomme noir d’ivoire, maintenant remplacé par du noir d’os.

Ci-dessus l’EPFL+ECAL Lab, tente de révéler la « polyvalence chromatique des toiles monopigmentaires » (cit. Pierre Encrevé) de Pierre Soulages grâce à l’utilisation d’une caméra hyperspectrale qui capte séparément les différentes couleurs du spectre lumineux.

L’expérience ci-dessus, issue du LTS2 et du studio fragment.in, est une mise en lumière d’un Outrenoir. Un système détecte notre position et nos déplacement face au tableau, en même temps que nous modulons l’éclairage. Dans cet espace fermé, l’éclairage artificiel variable donne une nouvelle dimension au tableau monumental exposé.

img_3972

Plaque de plexiglas numérisée d’un Outrenoir de Pierre Soulages

Rayform et Mark Pauly proposent une installation de surfaces en plexiglas qui illustrent le rapport d’un outrenoir avec la lumière. Elles ne révèlent leur contenu qu’éclairées par une lampe de poche.

img_3971Les Outrenoirs de Pierre Soulages invitent à la méditation, à la rêverie. Ce nouveau lieu d’exposition permet, non seulement une découverte inédite de l’Oeuvre, mais aussi une immersion dans le calme et l’espace d’un accrochage aérien et léger.

img_3970

MIRA_Aff_F4_prod.inddAu lendemain de cette exposition, voici que j’assiste à la dernière, l’ultime a-t-il dit, pièce de Claude Régy (entretien Le Temps ) qui met en scène l’auteur autrichien Georg Trakl. Là aussi, la photographie enlève beaucoup à la magie de l’oeuvre. Le spectateur est prié d’entrer dans la salle obscure en silence. Un silence et une obscurité prolongées, comme une demande de lâcher prise. Puis, là où l’on distingue à peine une arche plus claire monumentale, qui demeurera le seul décor de la pièce, voici que se meut lentement une forme indistincte. Insensiblement elle se rapproche. Tous ses mouvements sont au ralenti et ininterrompus. Une danse. Sans attraction terrestre. D’où toute gravité a disparu.

REVE ET FOLIE de Georg Trakl, mise en scene de Claude Regy au theatre de Nanterre Amandiers du 15 septembre au 21 octobre 2016. Avec: Yann Boudaud. (photo by Pascal Victor/ArtComArt)

REVE ET FOLIE de Georg Trakl, mise en scene de Claude Regy Avec: Yann Boudaud (photo by Pascal Victor/ArtComArt)

La forme humaine se précise, mais le jeu entier a lieu dans une pénombre, presqu’une obscurité, qui adoucit. Un sfumato aérien dans un espace souterrain. A force de regarder, de douter de ce que l’on croit voir, notre vision crée d’elle-même. Hallucinant. La lumière, la présence de son absence, comme chez Soulages, est un élément essentiel. Le personnage, interprété par l’atypique Yann Boudaud, se met alors à parler. Une litanie, une prière, un mantra? La présence, puissante et délicate à la fois, de ce comédien est hypnotique. Un noir voyage de rêve et de folie.

Parfois il se rappelait son enfance, emplie de maladies, d’effroi et de ténèbres, les jeux secrets au jardin étoilé, ou qu’il nourrissait les rats dans la cour crépusculaire. Georg Trakl
Georg Trakl fut écartelé entre son éducation chrétienne (père protestant et mère catholique) et ses comportements provocateurs, drogue, alcool et inceste. Cette année 1914 où il est tenu de prendre en charge une centaine de blessés graves sans assistance médicale, signe la fin de sa culpabilité et de son angoisse de folie. Il se tue à 27 ans. On le dit soleil noir de la poésie allemande.
img_3936

Chausser ces lunettes et entrevoir un outremonde.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

10 réponses à “L’Outrenoir de Pierre Soulages § Rêve et folie de Claude Régy

  1. Si tu as l’occasion, Martine, va voir l’abbatiale Ste Foy de Conques, et les vitraux de Soulages. On a prévu le musée de Rodez un de ces jours. En plus, la région est magnifique

  2. Le travail de Soulages est sublime. Sa démarche scientifique apporte un autre regard à ce que l’on pourrait considérer comme un paradoxe.
    Le noir est lumière. Merci pour cet article Martine 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s