Xavier Veilhan § pavillon français

400-PavillonfrancaisBiennale

Pavillon dessiné en 1912 par l’architecte vénitien Faust Finzi.

Il existe un débat sur la légitimité de conserver le système des pavillons nationaux à la Biennale de Venise. L’article ci-après revient sur la question (ici) : les pavillons de la Biennale, un anachronisme?

Pour cette 57e Biennale, c’est l’artiste Xavier Veilhan (1963) qui investit le pavillon français avec son Studio Venezia (video conférence de presse janvier 2017), un projet qui dépasse largement le concept de nationalité.

Il s’agit d’un studio d’enregistrement où viendront travailler une centaine de musiciens. C’est un lieu de travail fonctionnel, qui prend la forme d’un environnement très déconstruit. (…) Nous avons alors choisi de l’appeler  Studio Venezia, auquel succéderont le  Studio Lisboa puis le Studio Buenos Aires en 2018, lorsque le projet sera adapté au MAAT de Lisbonne puis au CCK à Buenos Aires. D’emblée, le projet traverse donc la Biennale, puisqu’il est prévu qu’il aille se prolonger ailleurs. Ensuite, la musique m’intéressait par la dimension internationale dont elle est porteuse. Lorsqu’on écoute de la musique, on ne réfléchit pas en termes de nationalité. Il y aura cinq programmateurs en charge de sélectionner les musiciens qui viendront travailler dans le pavillon, chacun dans une ville. Xavier Veilhan (article :Les Inrocks)

Studio Venezia, Maquette préparatoire (détail) © Veilhan/ ADAGP, Paris, 2017

Inspiré par l’artiste allemand Kurt Schwitters (1887-1948) et son Merzbau, le projet de Xavier Veilhan est une situation, plutôt qu’une performance. Il implique de plonger le spectateur dans l’origine même de la création artistique, musicale en particulier. Une fusion entre les sens de l’ouïe et de la vue, grâce à une architecture cubiste ou futuriste et des univers musicaux allant du jazz au baroque en passant par le rock et la musique électronique. Loin de ses statues facettées, Xavier Veilhan met cette fois en avant l’univers de la musique, assisté de deux commissaires d’exposition: l’artiste Christian Marclay et Lionel Bovier, directeur du Mamco de Genève, tous deux suisses.

Photo : Studio Venezia, Croquis préparatoire (détail) © Veilhan/ADAGP, Paris, 2017

Un travail d’équipe orchestré par Xavier Veilhan qui fait preuve d’une véritable ouverture en mettant en place un système dépourvu de droits d’auteur où il souhaite favoriser la diffusion des images et des sons créés dans le studio. Une centaine de musiciens de tous pays viendront y travailler.

Xavier Veilhan, French Pavilion, Venice Biennale 2017. Photo: Joseph Young

Un site internet se fait véritablement l’écho du studio, grâce à quinze micros, connecté en permanence pendant la durée de la Biennale: www.studio-venezia.com

De plus, la venue des musiciens sera annoncée sur les réseaux sociaux :

Instagram : @xavier_veilhan
Facebook : @veilhan
#studiovenezia

The French Pavillion on May 10, 2017 the first preview day of the Venice Biennale in Venice, Italy. Photograph by Casey Kelbaugh

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

3 réponses à “Xavier Veilhan § pavillon français

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s